Le halal : un faux débat made in Le Pen

3 août 2016

2.Politique

Et une polémique. Une de plus. C’est le «lièvre lâché» made in Le Pen. Ce n’est pas moi qui le dit, mais son porte-parole, à la Marine. Comme son père, c’est dans les moments cruciaux, ceux concernant l’avenir de la nation entière (le nouveau traité européen par exemple), qu’elle nous balance, pour détourner l’attention (vers elle), l’information qui tue. Celle primordiale, sans laquelle les citoyens seraient en danger. Tenez vous le pour dit: la nation s’enlise. Attention, tenez vous prêt… la bombe va être lâchée… ça va faire mal. Protégez vos enfants! Éloignez vous un peu… encore un peu plus. La bouse ça éclabousse. C’est tout chaud. Ça vient tout droit des abattoirs. C’est du direct, du sensationnel, du crucial, du primordial. C’est surtout du bien cru, pour « carnassière » politique en manque de voix. Attention, la désinformation se lâche… l’ennemi du jour est là, sanguinaire et narquois. La France (celle de Le Pen et de Sarkozy) en tremble. Le voici, le voilà… attention…

 

La viande halal, c’est elle. C’est l’ennemi version Le Pen. Elle en fait, c’est le cas de le dire, «tout un plat». Elle serait là, rampante dans nos assiettes. En Ile-de-France, elle aurait réussit à envahir, à travers boucheries et supermarchés, 60% (selon le FN) de nos viandes bovines. Charles Martel, à entendre cette hystérie, doit se retourner dans sa tombe.

 

Et pourtant il y a une arnaque. C’est pas très «catholique» vous en conviendrez. Mais pour la Marine c’est pas très grave de mentir. C’est pour le mal, bien pensé, de ses concitoyens pas très blonds et pas très «yeux bleus». Voici la supercherie:

 

 

  • Ce qui est comptabilisé comme halal par Marine Le Pen, n’est pas ce que les musulmans considèrent comme tel, si l’on s’en tient à leur rite. En effet, pour le FN, est halal, toute viande issue d’un animal mort, juste par égorgement, avec ou sans rites religieux (juif ou musulman). D’où le comptage à la hausse, mirobolant et alarmiste à souhait, qu’elle en fait pour, en bon pâtre, retenir ses «ouailles».

 

 

 

  • L’abattage est généralement un processus en deux étapes, la première consiste à étourdir l’animal par diverses méthodes (le pistolet à projectile captif ou l’immersion dans un bain d’eau électrifiée, entre autre) et la seconde à le «frapper»: C’est à dire couper la gorge, ou bien, dans le cas des porcs et, dans un certain nombre d’abattoirs, des bovins, sectionner les vaisseaux sanguins du poitrail. C’est, dans le cas des pays européens, la Directive 93/119/CEE du Conseil qui définit les normes en matière d’abattage. Selon cette directive, il faut veiller à épargner aux animaux «toute excitation, douleur ou souffrance évitable pendant l’acheminement, l’hébergement, l’immobilisation, l’étourdissement, l’abattage et la mise à mort» et il est obligatoire «d’étourdir les animaux avant abattage ou de les mettre à mort instantanément». Cette législation qui vise à assurer un abattage des animaux qui soit «humain» et prévoit des exemptions pour les abattages rituels, dans le cadre desquels les animaux ne sont pas étourdis avant d’avoir la gorge tranchée. Ceci étant clarifié, selon Marine le Pen, le «halal» contreviendrait, par nature, aux directives européennes. Il serait intrinsèquement «hors la loi». Ce qui est inexact, si nous nous en tenons aux dires des théologiens musulmans européens et français sur ce sujet. En effet, selon eux, les normes européennes ne contreviennent aucunement aux critères du halal, car elle ne vise pas et ne provoque pas la mort de l’animal avant intervention humaine sacrificielle et l’écoulement du sang qui tous deux, avec la nécessité du respect de l’animal sont les conditions du rituelle musulman. Ce que l’extrême droite omet de dire soit par tactique politicienne de division, soit par incompétence. Les deux à mon avis, se retrouvant harmonieusement en la fille Le Pen.

 

 

 

  • Il y a aussi un troisième facteur que Marine Le Pen (sans doute parce qu’elle ne sait pas de quoi elle parle) ne prend pas en compte: à savoir l’appât du gain des producteurs de viande et des abatteurs ,et le besoin de certains d’entre eux de s’alléger des normes européennes en demandant des dérogations au nom de motifs religieux (halal et/ou kacher) sans pour autant appliquer les rites religieux qui vont avec. Et ce afin d’éviter les coûts inhérents au respect de ces normes et des gains faramineux qu’ils sont susceptible d’engranger, en faisant passer leurs produits pour halal, pour s’implanter dans ce marché, sans en respecter les codes (l’égorgement sans étourdissement ne suffit pas pour faire du halal).

 

Bref, pardonnez cette longue explication, dont on se passerait bien, surtout en ces temps de crises dont l’ampleur devrait occuper toute notre attention. Mais c’est là le niveau de débat dans lequel veut nous plonger la Marine. En manque de projet on pinaille sur les détails et on s’exerce au rejet. C’est ainsi.

Mais ça fait polémique. Les esprits se mobilisent. Les haines s’aiguisent. L’émotion monte et les intelligences se bloquent. Là était le but. C’est ce qu’il faut pour manipuler. Et pendant ce temps, dans la même période, une décision, au niveau européen, se prépare. Elle prévoit de ligoter la France. Et ce, par un mécanisme européen de stabilité (MES) qui oblige en le signant à ce que le prochain traité, qui inscrit l’austérité et la règle d’or en principes inviolables, en échange, en cas de crise, de l’aide européenne, soit signé. Une mise sous tutelle en somme. Une perte de souveraineté que rien ne vient compenser au niveau supranational, en termes de démocratie et de pouvoir politique.

Ainsi le budget de la France, celui pouvant et devant servir à investir dans une politique publique de relance, dans l’innovation, la transformation et la ré-industrialisation écologique, le logement, l’emploi, l’enseignement et tant d’autres domaines cruciaux pour l’avenir du pays. Ce budget là, et sa votation par le peuple souverain, seront désormais soumis, si ce nouveau traité était signé, à l’aval, d’abord, de Bruxelles et de ses technocrates. En somme, plus de démocratie, plus de politique, plus de peuple.

Mais pendant ce temps, oui ce temps crucial, qui exige la mobilisation des esprits et la citoyenneté patriotique, on détourne l’attention par «un lièvre lâché»! La fille «du château», fille bien installée de son père, en perte de vitesse électorale, d’arguments politiques, brassant dans l’air putride des idées d’extrême droite, qui autrefois, gangrenant la France de l’intérieur, la firent honteusement capituler à l’extérieur. Bref cette fille là, bien en «Pen», ne sachant faire, face au danger, face à la crise, que ce que ses ancêtres idéologiques ont toujours fait, diviser le peuple et taper sur l’autre (qui est nôtre en réalité), nous balance cette arme de diversion massive: la viande halal. C’est ça le problème de la France. Sauvons donc nos vaches et moutons qui se «ben ladenisent». Arrachons donc, ces voiles et barbes pullulant sur nos bovins, qui, sournoisement, pourraient par l’assiette et l’estomac, sans coup férir, contaminer et convertir l’esprit des consommateurs. C’est la nouvelle tactique des «intégristes»: ravir par l’estomac les esprits. C’est imparable. C’est une bouffonnerie made in le Pen…une de plus.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Bazar Gif et Images |
Diaire de Mgr Hervé Giraud |
En route pour les JMJ 2016 ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Omero Marongiu-Perria
| Fruitdelaterretravaildeshom...
| Evangilegrec